Tous ceux ayant déjà voyagé en Thaïlande vous le diront : les autochtones sont friands d’insectes comestibles et il n’est pas rare d’en voir de façon récurrente, que ce soit lors d’une déambulation dans les marchés de jour, ou de nuit. Pour nous autres occidentaux, ces spécialités culinaires nous inspirent peu confiance et pour certains, le seul moyen d’avoir le courage de gouter à ces bestioles séchées relève du pari…

A la manière d’un paquet de chips, les thaïlandais dégustent cette spécialité asiatique joyeusement. Ils peuvent être préparés de manières diverses et variées. Le plus souvent, leur préparation consiste cependant à prendre les insectes séchées et à les faire revenir dans l’huile avec épices, sel, etc. Tous les goûts sont dans la nature.

Des insectes favoris pour les papilles des thaïlandais

Certains insectes sont plus appréciés que d’autres par la population. Les coléoptères, grillons, sauterelles, tarentules figurent parmi les favoris. Les vers à soie, utilisés également pour la fameuse soie thaïlandaise, sont récurrents dans les marchés.

Des recettes diverses et variées

Grillés, frits, les recettes dépendent du goût de chacun ! Ce qui est sûr, c’est que pour un thaïlandais, il est impossible de ne pas y trouver son bonheur. Chacune de ces bestioles sont préparées soigneusement et rencontrent beaucoup de succès auprès des thaïlandais. Les occidentaux eux, rencontrent, et cela était facile à deviner, plus de difficulté dès qu’il s’agit de goûter à ce fameux mets. Beaucoup connaissent leur goût si particulier … Mais pour une grande majorité, cela est dû non pas à un choix personnel mais à la perte d’un pari entre amis !

Un aspect nutritif très recherché

La consommation de ces insectes vise, outre la satisfaction gustative, à apporter au goûteur de nombreux apports nutritifs. Ainsi, ces insectes comportent de nombreuses protéines et peuvent être la solution en cas de carences alimentaires. Ces spécialités possèdent de nombreux apports en vitamines ainsi qu’en nutriments et peuvent remplacer certains aliments plus « traditionnels » sur le plan nutritionnel.

Lire aussi : Manger des insectes, l’alternative grandissante