share on:

Pierre-Adrien Mongin, jeune diplômé d’une école de commerce, a décidé de consacrer une année de sa vie à découvrir le monde et ses habitants en vélo. Parti de Bangkok en février 2016, il nous raconte ses trois semaines d’aventures à travers le Royaume de Siam.

Pourquoi avoir choisi le vélo comme moyen de transport ?

Interview - Pierre 2Après avoir fini mon master à Montpellier, je voulais prendre le temps de découvrir le monde, tout en apprenant d’une manière différente que sur les bancs de l’école ou en entreprise. Je voulais donc faire un roadtrip et découvrir le plus de pays possibles et de cultures variées. En même temps, n’ayant travaillé qu’une année en alternance j’avais un budget très limité. J’aime le vélo, je l’utilise pour me déplacer depuis tout petit et c’est sans aucun doute le moyen de transport le plus économique pour faire une telle distance en prenant le temps de découvrir les pays traversés.
De plus, tous les témoignages de ceux qui sont déjà partis s’accordent à dire que le vélo est bien plus qu’un moyen de transport économique. C’est surtout un outil social qui fait le lien avec les populations rencontrées, éveille la curiosité et amorce un dialogue !

Quelle est la motivation de ton excursion de 16 000 km ?

Interview - Pierre 1Découvrir, rencontrer, partager. L’objectif est de découvrir des pays inconnus, de rencontrer ses habitants et d’échanger avec eux ! Je compte acheter des cartes postales dans chaque pays afin de les offrir aux familles qui m’hébergeront dans le pays qui suit. Par exemple j’ai acheté des cartes en Thaïlande et je les offrirais aux personnes qui m’accueilleront au Cambodge et dans les pays suivants. Ce n’est pas grand chose mais le geste compte souvent plus qu’autre chose et cela peut permettre d’amorcer un dialogue. De plus, les personnes que je rencontre n’ont généralement pas l’opportunité de voyager (manque d’argent, frontières hermétiques, etc.), je compte donc les faire voyager à travers mes photos, cartes postales et le récit de mes expériences vécues.
Le partage vaut aussi pour les personnes restées en France ou dans d’autres pays. Ainsi, j’essaie de partager ce que je vis chaque semaine à travers un article, photos, vidéos sur mon blog.

Pourquoi partir de la capitale Thaïlandaise : Bangkok ?

Interview - Pierre 6Lors de mes études en Corée du Sud, j’avais projeté de visiter la Thaïlande mais j’avais manqué cette opportunité et j’étais finalement parti aux Philippines. Je voulais donc, tout naturellement, profiter de cette expédition à vélo pour découvrir ce pays qui m’a toujours attiré tant pour sa culture, que pour ses îles aux airs de paradis et le coup de la vie très bon marché. De plus, mon cousin travaille à Bangkok depuis 2 ans maintenant et cela simplifie énormément les choses d’avoir de la famille ou un ami sur la ligne de départ, à la fois sur un plan logistique que sur un plan moral. Il faut partir sur une bonne base !

Pourquoi réaliser ce voyage en solitaire ?

Interview - Pierre 5Initialement je souhaitais partir avec un ami. Mais après avoir contacté une quinzaine de personnes qui reviennent d’un périple à vélo, ils m’ont tous conseillé de partir seul. C’est en effet le meilleur moyen de ne jamais être seul paradoxalement. En effet, quand on est seul on a besoin de l’autre. Et cet autre est nécessairement l’autochtone rencontré au coin de la route. C’est une opportunité de faire de belles rencontres au détour d’une route !

Quel a été ton ressenti durant tes 3 semaines en Thaïlande ?

Interview - Pierre 4J’ai beaucoup apprécié la gentillesse des thaïlandais. Il y a toujours des exceptions mais globalement ce peuple est très accueillant, généreux et sympathique. Ce n’est pas pour rien que la Thaïlande est appelée le « Pays du sourire ». C’est un pays dans lequel on se sent bien et dans lequel on est en confiance.
J’ai eu l’occasion de visiter une grande partie de Bangkok à vélo ainsi que les régions d’Ayutthaya, Lopburi et Koh Chang. Toutes ces régions sont très différentes. J’ai particulièrement apprécié Koh Chang pour ses paysages magnifiques et les eaux turquoises dignes des plus belles cartes postales ! Mon seul regret est de ne pas avoir eu le temps de visiter davantage le nord (notamment Chiang Mai) et le sud de la Thaïlande.

Encore une petite chose : un coup de cœur ?

Tous ces temples et bouddhas parés de dorures ! C’est unique et absolument magnifique… En particulier lors des couchers de soleil !

Chloé

Chloé

Voyageuse invétérée et passionnée, partagez avec moi un petit bout de chemin et de discussion à travers le royaume de Siam.