La Thaïlande dispose d’une cinquantaine de parcs nationaux, de vrais sanctuaires de vie sauvage couvrant plus de 25 000 km². Tous disséminés à travers le royaume, ces endroits permettront aux amoureux de la nature de rencontrer la diversité de la faune et de la flore thaïlandaise. Le plus grand d’entre eux, Kaeng Krachan, se situe entre les provinces de Phetchaburri et de Prachuap Khiri Khan.

A seulement 3 heures de Bangkok, il est alors possible de le visiter en une journée, si vous partez très tôt le matin. En effet, 2 à 3 jours sont normalement nécessaires pour profiter du lieu et explorer la forêt. Couvrant une surface de 2 914 km², il est bordé à l’Est par la frontière Birmane. Connu pour la diversité d’espèces sauvages qu’il abrite, mais aussi pour sa brume matinale qui recouvre le parc de Décembre à Mars. Au sommet, la vue est spectaculaire, avec l’impression d’être dans les nuages. Et le sommet le plus haut, un pic le long de la frontière, atteint 1 500m.

Plus de 420 espèces d’oiseaux ont été observé dans le parc ainsi que 57 espèces de mammifères et environ 300 espèces de papillons. Vous pourrez donc admirer des animaux sauvages dans leur espace naturel. Des léopards, des ours, des macaques, des buffles, des éléphants … et tant d’autres vous attendent.

La meilleure période pour visiter le parc est de Novembre à Février, quand il fait le plus froid et sec. Mais chaque saison offre une perceptive différente de la vie sauvage qui y règne. Pendant la saison sèche (Février-Mai), quand  il fait le plus chaud et sec, vous pourrez observer certains animaux au bord des coins d’eaux. En revanche, pendant la saison des pluies, la foret sera encore plus fournie et la faune, en pleine reproduction.

Pour ceux qui souhaiterez sauter le pas et faire le trekking de plusieurs jours, sachez qu’il n’y a pas de logement à l’intérieur du parc. Toutefois, il est possible de louer des tentes et d’y camper. Dernières précisions, prévenez vos proches et éteignez vos portables, la couverture téléphonique est faible ou inexistante.

Hop, retour aux sources ! 
Graziella A.

Graziella A.

«Rester, c’est exister. Voyager, c’est vivre» a dit Gustave Nadaud.

Alors j’ai décidé de voyager pour vivre, au pays du sourire cette fois. Suivez-moi pour plus d’aventures, je vous promets de vous faire découvrir des lieux magiques, de bons restaurants, des plages paradisiaques et des lieux culturels plein d’histoire.