Dans le parc national de Khao Sam Roi Yot dans le sud de la Thaïlande s’est produit un petit miracle écologique il y a de cela quelques jours : le lotus sacré, le « nelumbo nucifera » a réapparu après 10 ans d’absence, alors que les responsables du parc avaient presque perdu espoir de revoir cette espèce dans les environs. 

C’est par une calme matinée de mousson que les responsables du parc national de Khao Sam Roi Yot ont découvert, après 10 ans sans floraison, des bourgeons de « Nelumbo nucifera », plus connus sous le nom de lotus d’Orient. Ces fleurs sacrées sont utilisées principalement par les moines bouddhistes comme offrandes. Depuis 2007, les gérants du parc faisaient tout leur possible pour réintroduire l’espèce, sans beaucoup de succès, du moins jusqu’au mois de mai dernier.

La nature a repris ses droits. Les graines du lotus sacré n’avaient même pas été semées à l’endroit où les fleurs ont été retrouvées, la scène a eu l’air d’avoir bénéficié d’une véritable intervention divine … Et la bonne nouvelle des quelques bourgeons n’arrivant pas seule, ce sont des dizaines de milliers de plants qui ont fleuris, recouvrant ainsi les lacs du parc d’un délicat voile fuchsia et permettant ainsi la réapparition au sein du parc de la fleur fétiche du bouddhisme. Avec des fleurs qui pointent vers le ciel, cette espèce de lotus se différencie des autres, ces derniers se maintenant normalement à la surface de l’eau.

Sa disparition depuis l’année 2007 était due à de nombreux différents facteurs. De mauvaises conditions climatiques, une forte période de sécheresse, et beaucoup de pollution. L’augmentation du flux touristique n’est également pas étrangère à ce phénomène. Avec un nombre de visiteurs augmentant chaque année, les écosystèmes sont de plus en plus fragilisés et la nature menacée. Le processus de réintroduction de ces fleurs de lotus ayant porté ses fruits, ou plutôt ses fleurs, il faut réduire le tourisme de masse. C’est pourquoi une partie importante des parcs nationaux ferment leurs portes au public lors de la saison des pluies chaque année : en 2017, ce sont 61 parcs nationaux et 25 sanctuaires marins qui sont concernés. Ainsi, cela permettra à la nature de se régénérer et de reprendre ses droits et au parc de gérer au mieux son processus de restauration.

Le patrimoine naturel de la Thaïlande se doit d’être préservé. Le cas particulier de ce lotus sacré pourrait faire évoluer les mentalités thaïlandaises et étrangères vis-à-vis des problèmes écologiques et des effets du tourisme de masse. Les responsables du parc ne souhaitent d’ailleurs pas que les touristes viennent voir ces fameux lotus, afin de ne pas risquer de détruire cet écosystème fragile. Certaines graines plantées n’ont pas encore poussé, et il ne faut pas risquer qu’elles ne voient pas le jour.
C’est un véritable défi que la Thaïlande doit actuellement relever : coïncider industrie touristique et préservation de l’environnement. Les solutions peinent à être trouvées sur le long terme. Cependant, les conséquences d’un manque de prise de conscience écologique sont directes et sensibles quotidiennement.
Cette « explosion colorée » est un véritable cadeau de Mère Nature. La pousse spontanée de ces fleurs démontre que la nature n’attend qu’une chose : reprendre ses droits. Intervention divine ou coup de chance, impossible de savoir mais quoiqu’il en soit, ces sublimes fleurs apportent avec leurs pétales un message : l’espoir.