share on:

Deux itinéraires approuvés dans le schéma B741bn

Le Conseil National de la Paix et de l’Ordre (NCPO) a approuvé deux projets de trains à grande vitesse, pour un coût total de 741,4 milliards de baht. Les deux itinéraires approuvés sont destinés à relier la Thaïlande et le sud de la Chine.
Le Secrétaire Permanent du transport, Soithip Traisuth, a cependant déclaré que la vitesse maximale des trains sur les nouvelles routes, entre Nong Khai et Map Ta Phut et entre Chiang Khong et Ban Phachi, devrait être réduite à 160 kilomètres par heure au lieu de 200 dans un premier temps, avant de passer à un autre système de train à grande vitesse dans le futur.

tgv thaïlande

Une étude va être réalisée pour étudier les moyens de réduire les coûts de construction du réseau ferroviaire, estimés aujourd’hui entre 500 et 600 millions de baht par kilomètre.

La voie de Nong Khai-Map Ta Phut sera longue de 737 km et coûtera 392,5 milliards de baht alors que la voie de Chiang Khong-Ban Phachi, d’une distance de 655 km coûtera 348,8 milliards de baht.

La construction des deux lignes débutera l’année prochaine et devrait être terminée d’ici 2021. Elle fait partie intégrante du programme de développement des infrastructures qui démarrera l’année prochaine et durera jusqu’en 2022.

Le groupe de travail, présidé par le superviseur des affaires économiques Prajin Jantong  et comprenant le Bureau du Budget National et le ministère des Transports travaillera sur un plan budgétaire pour ces projets, et devrait arriver à une conclusion sur les sources de financement dans un mois.

Ces projets urgearticle tgvnts sont destinés à améliorer les connexions au sein du réseau de transport du pays, et concernent à la fois les passerelles vers le commerce frontalier, les principales villes, Bangkok et ses provinces environnantes, les ports maritimes, les aéroports et les centres de transport ferroviaire de fret, a déclaré Mme Soithip.

Les routes proposées sont en accord total avec une proposition de la Chine, qui veut lier sa région sud en Asie via la Thaïlande.

Les trains à grande vitesse seront situés sur des routes stratégiques pour la Chine et feront grandir son influence économique dans la région.

La Chine a proposé d’investir dans les projets de trains à grande vitesse pour la Thaïlande, mais le problème de la propriété des terres et des biens le long des  voies s’est alors posé.

En dehors de ces deux lignes de train à grande vitesse, six lignes ferroviaires à double sens ont également obtenues  l’approbation du NCPO.

Le budget pour la construction de ces six itinéraires est de 117,4 milliards de baht.

Un autre itinéraire, s’étalant de Chachoengsao à Kaeng Khoi est en cours d’examination par la junte thaïlandaise,  qui doit s’assurer de la bonne gestion des dépenses publiques.

En dehors de la construction des voies ferrées, le plan de développement des infrastructures d’urgence prévoit également l’achat de 106 nouvelles locomotives, a déclaré Mme Soithip.

Vingt nouvelles locomotives ont déjà été achetées et elles devraient être expédiées en Thaïlande le mois prochain.

En ce qui concerne le développement des autoroutes, un certain nombre de grands axes routiers subiront un plan de rénovation. Celui-ci comprend l’autoroute n°4 (Krabi-Huay Yot), l’autoroute n°12 (Kalasin-Somdet) route n°304 (Kabin Buri-Pak Thong Chai), la route n°314 (Bang Pakong-Chachoengsao), et la route n°3138 (Ban Bung-Ban Khai).

La construction de quatre lignes électriques à Bangkok sera quant à elle terminée au cours des trois prochaines années.

Certains projets sont presque achevés. C’est le cas de la Purple Line qui relie Bang Yai à Bang Sue,  ou encore  de la Green Line et la Red Line, qui seront toutes deux terminées d’ici 2017.

Concernant les autres projets, ils sont toujours à l’étude, soit l’appel d’offres est en cours, soit l’impact du projet sur l’environnement est en train d’être évalué.

Pendant ce temps, la State Railway of Thailand (SRT) a annoncé qu’elle étudiait la réponse à l’appel d’offres soumis par MHSC Consortium (constitué de Mitsubishi Heavy Industrial Ltd, Hitachi et Sumitomo Corporation), le seul candidat qui a répondu présent pour fournir les trains de la Red Line.

La SRT devrait  décider dans le mois qui vient si elle accepte ou non l’appel d’offre. Si c’est le cas, elle devra demander l’approbation à son conseil d’administration et à l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA), qui a prêté de l’argent pour la construction de ces voies ferroviaires.

Si tout se passe comme prévu,  le processus devrait prendre environ 6 mois.

Source : Bangkok Post