Si vous êtes un expatrié fraîchement débarqué à Bangkok toujours en train de s’acclimater et de s’installer, vous avez peut-être eu l’occasion de découvrir une petite partie de l’ensemble de la nourriture exotique de Bangkok.La grande variété d’endroits, de gammes de prix et de types de nourriture disponibles au cœur de la ville peut vous impressionner. Il est normal de se préoccuper de la nourriture et de se demander si l’on encourt le risque d’avoir une intoxication alimentaire.

5 choses à savoir pour éviter et soigner les intoxications alimentaires

  1. Prendre le temps de s’ajuster et de s’acclimater

Déménager dans une nouvelle ville est stressant et compliqué pour les adultes comme pour les couples, les enfants, et même les animaux domestiques. La même règle s’applique au système digestif et intestinal. Chaque endroit au cœur duquel vous avez l’occasion de vivre possède son propre type de bactéries, de germes, de microbes et de virus, et avec le temps vous développez une immunité pour contrer ces « mélanges » toxiques pour votre organisme.

Le « mélange » de Bangkok sera différent des autres endroits que vous avez pu connaitre, alors votre organisme digestif aura besoin de temps pour s’adapter et s’acclimater. Il n’est pas rare de développer des maux d’estomac, des diarrhées pendant quelques jours après l’arrivée dans une nouvelle ville. Pour au moins quelques mois après votre arrivée dans la ville, consommez une cuisine à laquelle votre corps est habitué. Et lorsque vous effectuez des changements, pensez à le faire de manière graduelle.

  1. L’intoxication alimentaire

L’intoxication alimentaire est causé par l’ingestion d’aliments contaminés, trop âgés ou toxiques qui contiennent des bactéries ou des virus comme l’ E.coli, la Plesiomonas, ou la salmonelle. Les symptômes débutent souvent entres deux à huit heures après l’ingestion, et la plupart des cas se révèlent sans gravité. Tout le monde peut être affecté par ce problème, mais le risque est plus important pour les personnes âgées, les femmes enceintes, jeunes enfants et les personnes souffrant de maladies chroniques. Dans la plupart des cas, le patient souffre d’au moins un des symptômes suivants : crampes abdominales, diarrhée, fièvre, maux de tête, fatigue et faiblesses, perte de l’appétit, nausées, vomissements. Limitez donc votre nourriture à de simples basiques comme le pain ou le riz blanc, et faites bien attention à boire beaucoup d’eau afin d’éviter toute déshydratation.

L’intoxication alimentaire se soigne généralement d’elle-même sans traitement. Vous devriez consulter un docteur uniquement si vous ne commencez pas à vous sentir mieux après deux jours.

  1. Reconnaitre les cas graves

Bien que rares, certaines intoxications alimentaires peuvent menacer votre vie. Soyez donc sûr d’avoir un avis médical si vous expérimentez certains de ces symptômes : une diarrhée qui persiste pendant plus de trois jours, une fièvre supérieure à 38,6°C (101.5°F), urine ensanglantée, vue ou discours troublé, symptômes de forte déshydratation comme une bouche sèche, peu ou pas d’urine ou de la difficulté à ingérer des liquides.

  1. Eviter les nourritures à risque

La liste de nourritures pouvant conduire à des intoxications alimentaires est longue, et le risque ne peut pas être réduit à zéro. Mais la plupart peuvent être évitées en faisant attention à certains aliments.

  • Fruits et légumes : fruits non coupés et légumes crus ont besoin d’être très bien lavés. Pour être plus prudent, évitez d’acheter légumes et salades dans des restaurants informels ou dans la rue. Les fruits frais sont meilleurs pour vous si vous les achetez entiers et que vous les lavez, épluchez et coupez vous-mêmes.
  • Poissons et crustacés frais : cela ne manque pas en Thaïlande. La clé pour rendre cette nourriture sûre est de la cuisine à des températures suffisamment importantes. Consommer du poisson cru ou pas assez cuit confère un risque beaucoup plus important d’intoxication alimentaire.
  • Eau et glace : L’eau du robinet de Bangkok est très bien pour ce qui touche au brossage de dents, douches ou vaisselle, mais il est recommandé d’utiliser de l’eau en bouteille filtrée pour boire et faire des glaçons. La plupart des restaurants ont de l’eau en bouteille, et la glace provient généralement de source sûre. Mais si vous n’êtes pas sûrs, choisissez l’option la moins risquée.
  1. Un peu plus sur la sécurité alimentaire

Le guide de l’hôpital Bumrungrad “Healthy Living in Bangkok” est une ressource utile pour les nouveaux arrivants. Le guide anglophone offre de nombreux conseils sur les risques d’intoxication alimentaire et inclut plus de détails sur ce sujet. La nourriture extraordinaire de Bangkok et sa diversité sont à savourer, et non à éviter. Avec un peu de bon sens et de connaissance sur le sujet, vous pouvez d’ores et déjà rêver à de nombreuses et merveilleuses expériences culinaires.

Un microsite dédié aux nouveaux arrivants

Si vous venez d’arriver à Bangkok, pensez à jeter un coup d’œil sur le microsite spécial de Bumrungrad, dédié spécifiquement aux nouveaux expatriés et arrivants. Vous y trouverez de nombreuses informations utiles sur les aspects de la vie quotidienne en Thaïlande – comme par exemple sur les infrastructures médicales, comment choisir un docteur qui convient à votre famille ou encore les ressources nécessaires pour les parents souhaitant agrandir leur famille.