Voici ce que vous devez savoir sur les dangers de la pollution par particules, et comment lutter contre celles-ci.

 

 

Le récent épisode de pollution élevée à Bangkok a attiré l’attention sur quelques expressions qui ne sont pas familières de tous – pollution par particules, particules elles-mêmes, N95 et AQI – et a permis de sensibiliser le public aux dangers de la pollution de l’air. Les gens sont naturellement préoccupés par l’impact de la pollution de leur propre santé et sur celle de leurs enfants, et veulent donc savoir quelles mesures de protection devraient être envisagées.

 

La pollution par particules provient de nombreuses sources : elle englobe la poussière, la saleté, la suie et la fumée, et est produite à la fois naturellement – le sel marin par exemple – mais aussi artificiellement comme les gaz d’échappement des voitures et des camions. Les grandes villes et les zones industrielles avec des routes bouchées, des usines et beaucoup d’activités ont tendance à être plus dangereuses en ce qui concerne l’exposition à la pollution par particules. Néanmoins, les zones rurales peuvent également être risquées, avec les routes poussiéreuses non revêtues, la pollution agricole sous forme d’ammoniac qui pénètre dans l’air sous forme de gaz provenant des champs fertilisés et des déjections animales, et de la fumée produite par les feux allumés par les agriculteurs pour préparer le sol à la prochaine récolte.

 

Plus les particules sont petites, plus la menace est grande. Tout pollution est mauvaise, mais celle par petites particules est particulièrement dangereuse pour la santé car elle est à la fois inhalable et suffisamment petite pour pénétrer profondément dans les poumons et les voies respiratoires – certaines particules peuvent éventuellement pénétrer dans le sang et circuler dans tout le corps.

 

L’impact sur la santé est pire que ce que l’on pensait auparavant : grâce aux efforts de recherche considérables déployés au cours de la dernière décennie, nous savons maintenant que la pollution de l’air représente une plus grande menace pour la santé que nous le pensions. L’OMS estime maintenant que le nombre de « décès prématurés » causés par la pollution de l’air touche chaque année plus de 6 millions de personnes dans le monde. Et environ 10% des décès précoces – près de 600 000 – sont des enfants de moins de cinq ans. La recherche a démontré que lorsque la qualité de l’air se détériore, les hospitalisations et les visites aux urgences augmentent, car la pollution aggrave les problèmes de santé existants et déclenche des crises cardiaques, des accidents vasculaires cérébraux, des crises d’asthmes, et plus encore.

 

 

  • Menaces cardiaques : des recherches ont démontré que l’exposition à la pollution particulaire peut entraîner des accidents cardiovasculaires aigus, notamment des crises cardiaques, des arythmies, une accélération du rythme cardiaque, une diminution de la variabilité du rythme cardiaque et un risque accru de mort subite. Des preuves récentes indiquent également un lien entre l’exposition à long terme à de petites particules et l’athérosclérose – une accumulation de plaque à l’intérieur des artères pouvant entraîner des crises cardiaques mortelles et des accidents vasculaires cérébraux.

 

  • Menaces pulmonaires et respiratoires : la pollution de l’air est à la fois une cause et un facteur aggravant de nombreuses maladies des poumons et du système respiratoire, notamment l’asthme, la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) et le cancer du poumon.

 

  • Menaces cérébrales : on pense que l’exposition à long terme à la pollution de l’air augmente le risque d’AVC en durcissant les artères du cerveau, en augmentant la tension artérielle et en augmentant l’épaisseur du sang.

 

Vous êtes peut-être dans un groupe à haut-risque : l’exposition à la pollution par particules constitue un danger pour la santé des enfants, des femmes enceintes, des personnes âgées et des personnes atteintes de maladies cardiaques ou pulmonaires.

  • Les enfants sont considérés à haut risque pour plusieurs raisons – et dans la plupart des cas, plus l’enfant est jeune, plus le risque est grand. Les poumons et le système immunitaire des enfants continuent de se développer, et des recherches ont montré que l’exposition à la pollution de l’air entrave la croissance pulmonaire chez les enfants d’âge scolaire. Comparativement aux adultes, les enfants passent plus de temps à l’extérieur à faire du sport et des activités physiques. Et ils ont des taux plus élevés d’asthme et d’autres conditions respiratoires aiguës, qui sont facilement aggravées lorsque les niveaux de pollution sont élevés.
  • Les femmes enceintes semblent être aussi plus vulnérables à la pollution de l’air. Des études récentes indiquent un lien entre des niveaux élevés d’exposition à la pollution particulaire pendant la grossesse et l’accouchement prématuré, un faible poids à la naissance et un risque accru de fausse couche et de mortalité infantile.
  • Les personnes âgées font face à un risque plus élevé de problèmes liés à la pollution car leur système immunitaire est généralement plus faible et leur corps est moins capable de compenser les effets de l’exposition à la pollution. Elles sont également plus susceptibles d’avoir une affection respiratoire ou cardiaque non diagnostiquée que la pollution de l’air peut aggraver.
  • Les personnes atteinte d’une maladie cardiaque ou pulmonaire, telles que les maladies coronariennes, l’insuffisance cardiaque congestive, l’asthme, l’emphysème et la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) sont plus à risque car les particules peuvent aggraver ces affections préexistantes.

 

 

Vous pouvez réduire votre menace. Surveillez les niveaux de pollution en temps réel et les prévisions de l’indice de qualité de l’air (AQI), qui sont facilement accessibles en ligne et via des applications pour smartphone telles que Asia Air Quality (Android), Global Air Quality (Android), and Air Quality Index (iOS). Pendant les périodes de pollution élevées :

 

  • Réduire l’activité en plein air : les dommages potentiels causés par la pollution par particules augmentent avec une activité physique plus intense, plus le temps passé à l’extérieur est long et plus la pollution est mauvaise. Le mal peut être atténué en réduisant le niveau d’effort – par exemple marcher au lieu de faire du jogging -, raccourcir le temps passé à l’extérieur et planifier les activités en dehors des heures les plus polluées et loin des endroits les plus pollués comme les autoroutes très fréquentées.

 

  • Restez à l’intérieur quand les niveaux de pollution sont hauts : quand la pollution atteint des niveaux nocifs, pensez à rester à l’intérieur et  déplacez les activités de plein air à l’intérieur. Au lieu d’une séance d’entraînement en plein air, faites de l’exercice dans un gymnase intérieur pour profiter de l’environnement climatisé plus propre.

 

  • Améliorez la qualité de l’air à la maison : fermez toutes les fenêtres pendant les périodes de forte pollution. Décalez les réglages du climatiseur pour faire circuler l’air intérieur au lieu de tirer de l’air frais de l’extérieur. Envisagez d’utiliser des filtres à air HEPA (filtre à air à haute efficacité) pour réduire les niveaux de particules à l’intérieur, mais assurez-vous que le nettoyeur est correctement dimensionné pour s’adapter à la pièce dans laquelle il est utilisé. Gardez votre environnement domestique sans fumée et évitez d’utiliser tout ce qui brûle, comme des bougies, des barbecues à bois ou tout autre produit.

 

  • Porter le bon type de masque respiratoire : lorsqu’ils sont portés correctement, les masques respiratoires peuvent filtrer jusqu’à 99 % de la pollution particulaire – les masques N95 filtrent au moins 95 %, tandis que les masques N99 filtrent 99 %. Néanmoins, le masque ne fonctionne que lorsqu’il est porté correctement, alors assurez-vous de suivre les instructions et de vérifier régulièrement l’ajustement. De plus, sachez que les masques respiratoires anti-pollution sont différents des masques chirurgicaux portés par les médecins et les infirmières, ou les masques en tissu ou en papier – ces masques sont totalement inefficaces contre la pollution par particules. Les masques respiratoires N95 et N99 sont vendus dans la plupart des magasins de produits de rénovation et de sécurité.

 

  • Prêter attention aux symptômes : consultez votre docteur si vous avez des nouveaux symptômes indiquent un problème cardiovasculaire ou respiratoire, ou si vous vous remarquez une aggravation d’un état de santé existant.

 

 

Le Centre Pulmonaire au Bumrungrad

Des symptômes persistent tels qu’un souffle court, une fatigue excessive, ou une toux sévère pourraient être le signe de problèmes pulmonaires sous-jacents. Le Centre Pulmonaire de l’Hôpital Bumrungrad offre des tests diagnostiques complets et un traitement médical pour les maladies pulmonaires, y compris l’asthme, la BPCO, la bronchite, l’emphysème, les infections pulmonaires, le cancer du poumon et les maladies pulmonaires.

 

 

Pour plus d’informations, ou pour prendre un rendez-vous, contactez le Centre Pulmonaire en appelant le +66 (0) 2011 2222, prenez un rendez-vous en ligne, ou envoyez-nous votre demande.