share on:

Bangkok, la capitale très active de Thaïlande accueille de plus en plus d’espace de co-working. Tous plus originaux, créatifs et innovants les uns que les autres. Épurés, design, cosy… il y en a pour tous les goûts !

Le co-working, comment ça marche ?

C’est une nouvelle forme d’organisation de travail qui a vu le jour il y a quelques années et qui est utilisée depuis par les travailleurs indépendants aussi appelés freelance, les télétravailleurs ou encore autoentrepreneurs, plaçant internet au cœur de son processus.

Grâce à un abonnement, ces professionnels peuvent accéder à l’espace de co-working pour une journée, une semaine, un mois ou une année, selon leurs besoins.

La plupart des espaces de co-working sont dotés de nombreux équipements pour garantir un environnement de travail confortable. Un peu comme au bureau, mais pas au bureau. Salles de réunion, cuisines, espaces détente et autres cafés sont souvent disponibles. L’idée est de pouvoir se déplacer simplement avec son ordinateur portable grâce à l’accès Wifi compris dans l’abonnement. Le principe de l’espace du co-working ? Travailler en open space.

La tendance frappe les grandes villes du monde entier. Et Bangkok n’a pas été épargné ! La capitale héberge de nombreux espaces facilement accessibles, situés proche des lignes de BTS.

La tendance est tellement grandissante, que même l’aéroport de Don Mueng accueille maintenant son propre espace de co-working. Après avoir ajouté les « Sleep box », ces petites chambres pour faire la sieste en attendant son vol, le Terminal 2 de l’aéroport ouvre ses portes aux fervents travailleurs. 500m2 d’espace avec boutiques, banques et wifi, l’espace est ouvert de 6h à 22h tous les jours. 

aeroport

Alors profitez de la promotion jusqu’à la fin de l’année de 200THB pour 2h d’accès. Vous pourrez toujours essayer de demander à votre patron de partir plus tôt du boulot pour attraper votre avion et lui promettre de travailler à l’aéroport ! Avec l’espace de co-working, ça fonctionnera peut-être !

Graziella A.

Graziella A.

«Rester, c’est exister. Voyager, c’est vivre» a dit Gustave Nadaud. Alors j’ai décidé de voyager pour vivre, au pays du sourire cette fois. Suivez-moi pour plus d’aventures, je vous promets de vous faire découvrir des lieux magiques, de bons restaurants, des plages paradisiaques et des lieux culturels plein d’histoire.