share on:

Préparez-vous à payer quelques bahts de plus pour les taxis de Bangkok à partir du mois prochain et à pouvoir utiliser Grab sans vous sentir comme un criminel !

Afin de compenser l’augmentation des coûts supportés par les automobilistes, le ministère du transport à annoncé qu’à partir du mois prochain, les prix de la course des taxis seront augmentés et les services proposés par Grab seront légalisés.

À partir du 8 septembre, les tarifs de départ resteront inchangés mais augmenteront d’un demi-baht de 6 THB (0,20 USD) à 6,50 THB par kilomètre pour les 10 premiers kilomètres. Lorsque la vitesse du taxi sera inférieure à 6 km/h, les tarifs augmenteront de 3 THB par minute au lieu de 2 THB actuellement.

« La hausse des prix entrera en vigueur dans un mois, ce qui correspond au délai demandé par les chauffeurs de taxi », a déclaré le ministre du Transport Saksayam Chidchob.
ss

hh

Forfaits aéroports 

Dans la capitale, les tarifs forfaitaires sont institués pour les courses directes entre Bangkok et les aéroports de Don Muang et Suvarnabumi.

Cette taxe passera ainsi de 50 THB à 70 THB pour les taxis normaux et de 70 THB à 90 THB (3 USD) pour les grands taxis. Les passagers ayant trois bagages ou plus devront payer 20 THB supplémentaires.

Bien que leurs pratiques ne soient pas toujours bien intentionnées, le revenu des chauffeurs de taxi a pris du retard par rapport à la hausse du coût de la vie. Les augmentations du prix de la course ont été rares ces dernières années et sont généralement mal accueillies par le public.

Vers une légalisation de Grab

Depuis 2013, l’entreprise singapourienne Grab procure plusieurs services en Thaïlande, dont le légal Grab Taxi qui a recours à des taxis homologués, mais aussi Grab Car qui lui, fournissait un service non réglementé. Bien que populaire et lucratif, le gouvernement thaïlandais avait jusqu’ici refusé sa légalisation.

Après de multiples requêtes, les autorités envisagent enfin une légalisation totale de ce service. Les conducteurs Grab Car auront désormais pour obligation de s’enregistrer auprès du gouvernement afin de déclarer leur activité.

Les taxis ordinaires quant à eux, ne présentaient aucun problème particulier puisque leurs véhicules sont immatriculés auprès de l’Etat.