share on:
Un peu d’histoire…

Image result for prince mahidolAu début du 20ème siècle, le Prince Mahidol a enrichi la médecine en Thaïlande en faisant ses études de médecine à l’étranger. Considéré comme étant le « père de la médecine moderne en Thaïlande », on lui doit la création du Ministère de la Santé Publique en 1942 et l’ouverture de nouveaux hôpitaux publics. En 1950, chaque province du pays est pourvue d’un hôpital.

Le défunt Roi Rama IX, fils du Prince Mahidol, a poursuivi le chemin ouvert par son père, en stimulant l’éducation médicale et en favorisant l’adoption d’une assurance sociale dès le début de son règne, dans les années 1940. Celle-ci verra finalement le jour en 1990.

En 1997, la Constitution fraîchement adoptée comportait la mention suivante : « Toute personne doit jouir du droit égal de recevoir des services de santé publique standards, et les indigents du droit de recevoir un traitement médical gratuit dans les établissements de santé de l’état […] L’Etat veillera à prévenir et éradiquer les maladies contagieuses sans charge financière pour la population […] L’Etat se doit de pourvoir et promouvoir des services de santé publics efficaces et efficients. »
Depuis le système de santé publique Thaïlandais s’est développé et s’est étendu dans toutes les provinces du pays. L’acquisition croissante de haute technologie avec de nouveaux dispositifs médicaux a amélioré le secteur privé tout comme le public.

 

Dans le secteur public 

Les soins dans le secteur public en Thaïlande sont de bonne qualité. La Thaïlande est l’un des pays émergents dont l’espérance de vie est la plus élevée du monde. Toutefois, il existe des disparités entre les différents établissements particulièrement entre les villes et les campagnes. Cela peut s’avérer problématique en cas d’accident car vous serez transporté vers l’hôpital le plus proche. Une démarche personnelle et à vos frais vous permettra de rejoindre un établissement localisé en ville. Une assurance santé incluant une assistance évacuation et rapatriement est donc fortement recommandée.

Bon à savoir : Une assurance rapatriement inclut toujours l’évacuation mais une assurance évacuation ne s’accompagne pas toujours du rapatriement.

 

Dans le secteur privé 

Les hôpitaux privés en Thaïlande sont de très bonne qualité et disposent des dernières technologies médicales. Le personnel soignant est compétent et parle anglais. Les temps d’attente pour un rendez-vous, un traitement ou une opération sont courts. En comparaison, les hôpitaux publics sont traditionnellement plus engorgés. La plupart des expatriés ont tendance à se tourner vers le système privé qui dispose d’un bon rapport qualité-prix et offre un libre choix d’établissements.

De nombreux hôpitaux privés sont côtés en bourse et sont reconnus internationalement. La modernité de certains étonne souvent car ils s’apparentent plus à des hôtels de luxe. Les prix pratiqués sont en moyenne moins élevés que ceux des hôpitaux privés européens, ce qui fait de la Thaïlande une destination prisée pour le tourisme médical.  Pour autant, « moins élevé » ne signifie pas que les tarifs de santé sont bon marchés.  Se soigner peut s’avérer extrêmement coûteux, notamment en cas d’hospitalisation. De nombreuses prestations font l’objet d’une avance de frais qui peut parfois être fortement élevée, d’où l’importance d’avoir une assurance santé couvrant au minimum l’hospitalisation. Le cas de Natasha Hutchinson illustre bien les montants importants que peuvent entraîner une hospitalisation. En effet, après un grave accident, cette jeune femme de 24 ans a vu ses frais de santé s’élever à plus de 35.000£.

052

Quelques prix :

Les coûts d’une nuit à l’hôpital sont variables en fonction du type de chambre et de l’établissement choisi. Pour une chambre individuelle incluant les services de base (infirmerie, repas…), la facture se situe entre 3 000 et 20 000 bahts (entre 80 et 500 euros). Pour les chambres haut-de-gamme, souvent appelées « royale », « de luxe » ou « VIP », les prix sont compris entre 20 000 et 70 000 bahts (entre 500 et 1 800 euros).

Attention, la plupart des hôpitaux demandent le dépôt d’une caution à l’admission des personnes non titulaires d’une assurance. Cette caution peut varier de 20 000 à 300 000 bahts (entre 500 et 7 600 euros) en fonction de l’établissement, de votre condition et du type de chambre choisie.

.

Vous avez aimé cet article ? Découvrez à présent le Guide : Visite Médicale En Thaïlande

 

Chloé

Chloé

Voyageuse invétérée et passionnée, partagez avec moi un petit bout de chemin et de discussion à travers le royaume de Siam.