share on:

Le terme commerce équitable fait sa première apparition en 1989 et c’est seulement en 2001 qu’une définition juridique du mouvement est proposée et reconnue. Un développement plus ou moins long, nécessaire pour pouvoir se faire une place dans l’infernal cycle du commerce international. Zoom sur le commerce équitable, ses objectifs, ses limites et les organismes existants en Thaïlande.

Que défend le commerce équitable ?

La principale cause que défend le commerce équitable est la réduction des inégalités, et cela en passant par un rééquilibre de la balance commerciale. Une aide nécessaire et sur laquelle compte de nombreux petits agriculteurs et artisans. Grâce au commerce équitable ils peuvent vivre plus décemment de leur production et peuvent se défendre face à des multinationales qui demandent des prix toujours plus compétitifs, et qui ne leurs permettaient pas jusqu’alors de pouvoir envisager des perspectives de développement.

Pour se revendiquer comme un organisme équitable il faut pouvoir répondre des 10 normes suivantes :

commerce_equitable_thailande

  1. Créer des opportunités pour les producteurs qui sont économiquement en situation de désavantage
  2. Être transparent et se responsabiliser
  3. Améliorer la capacité individuelle de chacun
  4. Promouvoir le commerce équitable
  5. Payer au juste prix
  6. S’assurer d’une égalité entre les sexes
  7. Améliorer les conditions de travail
  8. Protéger l’environnement
  9. Superviser les relations commerciales
  10. Être attentif au travail des enfants, que cela n’aille pas à l’encontre de leur bien être

La société Thai Craft

Thai Craft est une entreprise thaïlandaise de commerce équitable créée en 1992 et membre de la fédération internationale du commerce équitable IFAT. Thai Craft soutient les artisans les plus démunis, souvent isolés et qui n’ont pas accès au « marché touristique ». Thai Craft est partenaire d’une soixantaine de groupement de producteurs dans tout le royaume et soutient plus de 50 villages et 7 tribus du Nord de la Thaïlande. Au total, la société fait travailler plus de 800 artisans.

Thai Craft n’oeuvre pas seule. Elle est associée à différents partenaires et coopératives. Cela lui permet de se péréniser et de créer un mouvement de plus en plus puissant, englobeant, au delà du commerce équitable, le bien-être et la protection des minorités. Elle est par exemple partenaire de l’association WEAVE Women qui aide les femmes à nourrir leur enfants.

9-14-2012 10-56-35 AMLes objectifs de Thai Craft sont sensiblement les mêmes que la vision globale du commerce équitable. Le but, à long terme, est de :

  • modifier et de proposer une autre démarche du commerce international, pour que celui-ci ne profite pas qu’aux plus importants producteurs, usines et multinationales,
  • permettre aux artisans, producteurs et minorités de vivre dignement de leur travail.

Entre autres, des relations de longue durée, des prix stables et rémunérateurs, des préfinancements de la production, un respect de la part des commerciaux de l’environnement et de la justice sociale, une transparence financière et un fonctionnement participatif et démocratique.

L’influence du commerce équitable sur la coopérative OJRPG

La coopérative OJRPG (Organic riz au jasmin Producer Group) compte environ 1500 membres issus de 200 villages d’une région pauvre du nord-est de la Thaïlande, tous producteurs de riz. Le soutien du commerce équitable a permis à cette coopérative d’octroyer des prêts pour l’amélioration de l’agriculture, l’achat de bétail et d’investir dans la fabrication d’engrais naturels. Depuis l’aide du commerce équitable, les niveaux de vie et de santé des familles se sont améliorés. Grâce au commerce équitable, cette coopérative a permis aux agriculteurs de s’entraider, de se soutenir et de fédérer une communauté plus forte pour avoir plus de poids face aux revendeurs.

Cela leur a tout simplement permis de retrouver la considération, la reconnaisse et l’estime qu’il méritaient.

Les limites du commerce équitable

Les consommateurs sont peu sensibilisés. Les produits ne sont pas assez mis en valeur en rayon ou ne sont pas facilement identifiables. Les limites ne se posent pas qu’au niveau du consommateur mais aussi du producteur. En raison d’une démographie vieillissante et d’équipements toujours plus modernes, on constate une diminution de la production artisanale et, de ce fait, un manque de diversité des produits.

Depuis la mise en place de ce mouvement, celui-ci connait de bonnes répercursions de part et d’autre de la planète, c’est désormais au consommateur de murir et de faire le juste choix d’acheter équitable. Tel l’effet papillon, l’achat de produit issus du commerce équitable permettra, à l’autre bout du monde qu’une famille puisse tout simplement vivre.

Margot

Margot

Passionnée d'art sous toutes ses formes, avide de découverte et de nouveauté, toujours en mouvement et l'esprit en éveil, suivez moi dans mon épopée thaïlandaise