share on:

Il est déjà 22h et toute la petite famille dort. Maintenant, que se passe-t-il lorsque les bruits de gargouillis nocturnes que vous connaissez bien chez votre partenaire sont en réalité des sons émis par votre précieux petit enfant ? Cela peut s’avérer être un simple ronflement ou quelque chose d’un peu plus inquiétant.

 

Le ronflement est en fait une entité clinique le long d’un spectre de diagnostic de ce que les médecins appellent des troubles respiratoires du sommeil. Plus simplement, la nuit, nos schémas respiratoires diffèrent de ceux du réveil puisque notre corps est complètement détendu. Il peut alors y avoir des moments d’obstruction dans nos voies respiratoires, ce qui entraîne des troubles de la respiration tels que le ronflement. C’est simplement ce bruit de bégaiement qui empêche les partenaires de dormir. Mais dans certains cas, cela peut être plus inquiétant, et c’est alors connu sous le terme d’apnée obstructive du sommeil (AOS).

 

 

L’Apnée Obstructive du Sommeil chez l’enfant (AOS)

 

L’AOS peut survenir chez les enfants et à une fréquence relative. Comme chez leurs homologues adultes, divers problèmes peuvent causer chez eux ce syndrome. Néanmoins, les amygdales et les végétations adénoïdes sont les sources la plus courantes. L’adénotonsillectomie, qui est l’ablation du tissu adénoïde et amygdalien, est l’une des procédures chirurgicales les plus courantes chez les enfants aux États-Unis. L’indicateur principal pour réaliser ou non ces chirurgies est la présence de troubles de la respiration pendant le sommeil.

Les enfants atteint de troubles respiratoires du sommeil souffrent généralement de symptômes liés à des difficultés respiratoires lorsqu’ils dorment. De nombreux parents affirment alors que leur enfant a des pauses respiratoires la nuit et des halètements intermittents. Certains d’entre eux sont décrits comme respirant par la bouche – et ils peuvent parfois être identifié parce qu’ils ont les lèvres sèches sachant qu’ils gardent simplement la bouche ouverte toute la nuit.

Outre les anomalies respiratoires, les parents peuvent être à l’affût d’autres signes : même si nous savons tous que l’incontinence nocturne est fréquente à certains âges, les enfants atteints du Syndrome d’Apnées Obstructives du Sommeil (SAOS) peuvent subir davantage de crises que leurs homologues sans SAOS.

Au niveau des symptômes diurnes, les enfants peuvent être relativement hyperactifs et certains peuvent être porteur d’un diagnostic de Trouble du Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité (TDAH). Cela contraste nettement avec les adultes atteints de SAOS, puisque ces derniers se plaignent généralement d’une importante somnolence diurne (fort besoin de dormir en journée).

 

 

Les amygdales et les adénoïdes

 

Les amygdales et les végétations adénoïdes sont des tissus lymphoïdes. Elles jouent donc souvent un rôle essentiel dans la prévention des infections. Mais à mesure que nous vieillissons, leur rôle s’atténue.

 

Les amygdales, que nous pouvons observer à l’arrière de notre bouche, peuvent grossir et rétrécir en fonction de l’inflammation (par exemple lors d’un rhume ou d’une amygdalite). De nombreux parents disent que la respiration de leur enfant, la nuit, peut parfois s’aggraver lorsqu’il est malade : cet élargissement des amygdales en est, de temps en temps, la principale raison.

 

Les végétations adénoïdes sont également des tissus lymphoïdes, mais elles se trouvent à l’arrière de la cavité nasale. Nous avons tous un coussinet adénoïde dans la partie centrale arrière du nez. Cela peut également se développer et obstruer les voies respiratoires nasales, tout comme les amygdales, ce qui peut donner l’impression d’avoir le nez bouché ou de ronfler lorsque vous dormez.

 

 

 

Votre enfant doit-il consulter un médecin ?

 

Si les symptômes décrits précédemment se produisent, il est important de contacter votre médecin afin de déterminer si un traitement est nécessaire.
Parfois, les allergies peuvent jouer un rôle dans tout cela et un traitement médical adéquat de la rhinite allergique peut réduire les symptômes.
Dans d’autres cas, la prise en charge chirurgicale peut être plus appropriée. Cela peut inclure l’élimination des amygdales et des végétations adénoïdes, ou des deux à la fois. Il est important de consulter un chirurgien afin de savoir si cette option est raisonnable et nécessaire.

 

Chez certains patients, un test du sommeil, ou une polysomnographie, peut donner aux parents et au médecin un aperçu de ce qui se passe réellement pendant que l’enfant dort, et cela constitue la méthode de référence pour diagnostiquer l’AOS. Les résultats peuvent alors indiquer si l’enfant cesse de respirer la nuit ou s’il a des problèmes au niveau du taux d’oxygène. Cela permet de donner aux parents plus d’informations avant de définir le traitement approprié.

 

Le ronflement est en grande partie ce que nous connaissons tous, ce bruit de cliquetis qui peut garder votre compagnon de lit éveillé pendant la nuit. Mais parfois, cela peut indiquer quelque chose nécessitant un simple traitement qui peut vous aider, vous et votre enfant, à améliorer votre sommeil et votre énergie.

 

 

Assist. Dr. Dhave Setabutr est un spécialiste américain certifié en otolaryngologie et en oto-rhino-laryngologie (oreille, nez, gorge) à Bumrungrad International Hospital.