share on:

Mariant la tradition et la modernité et une vie au soleil, la Thaïlande séduit les candidats à l’expatriation. Que vous soyez installés en Thaïlande pour une courte ou une longue période, investir dans l’immobilier combine plusieurs avantages. 

Pour vous en convaincre, nous détaillons ci-dessous plusieurs atouts du marché immobilier local ainsi que quelques conseils opportuns. 

• Une qualité/prix imbattable

Le point fort incontestable du marché de l’immobilier thaïlandais est son rapport qualité-prix excellent en comparaison des pays avoisinants et de l’Europe. 

Les résidences allient une architecture moderne et spacieuse et bénéficient de multiples avantages et services, le plus souvent intégrés à même le complexe, tels une ou plusieurs piscines, un service de conciergerie ou même une salle de sport. En Europe, un tel standard est un vrai luxe ! 

Condominium Idéo Mobi Sukhumvit 40, Bangkok

Ces résidences, aussi bien dans un gratte-ciel à Bangkok que dans des villages sécurisés à Phuket ou Hua Hin, proposent une gestion intégrée et un cadre de vie sophistiqué à des prix abordables.

 

• Diversifier et faire fructifier son patrimoine

Au-delà du rapport qualité-prix, l’achat d’un bien immobilier est un investissement porteur en Thaïlande, même si votre expatriation n’est censée durer que quelques années.

Le marché immobilier local suit en effet une courbe ascendante grâce à la bonne santé économique du royaume, la croissance du tourisme (38 millions de visiteurs en 2018) et des projets innovants.                         Les prix sont particulièrement à la hausse dans les quartiers huppés où se concentrent les expatriés et les attractions touristiques. 

 

 

• Des lois pour les propriétaires

Les lois thaïlandaises sont un autre facteur attractif à prendre en compte. Elles offrent un cadre qui est à l’avantage des propriétaires puisque la taxe d’habitation n’existe pas en dessous d’un bien de 10 millions de bahts (285.000 €) et les frais de succession n’interviennent qu’à partir de 2,85 millions d’euros (100 millions
de bahts). 

De plus, l’impôt sur une plus-value n’est appliqué que si vous avez acquis le bien depuis moins de cinq ans.
D’un maximum de 20%, ce taux décroît chaque année jusqu’à atteindre zéro après cinq ans.

 

• Une fiscalité attractive

En tant qu’expatrié hors de l’Union Européenne, un investissement locatif en Thaïlande plutôt qu’en France se justifie à lui seul pour une question fiscale. En effet, les revenus locatifs perçus en France, même en tant qu’expatrié, sont imposables.

En combinant la CSG à 17% et les revenus locatifs imposés à 20% jusqu’à 27.519 € et 30 % au-delà, le taux d’imposition des revenus locatifs d’un bien immobilier en France varie donc entre 37.2% et 47.2% !

Au contraire, les revenus locatifs en Thaïlande sont taxés progressivement, de 5% à partir de 150 000 bahts, jusqu’à 35 % si vous percevez plus de 4 millions de bahts (115.000 €). 

Par exemple, si vous engrangez 500 000 bahts de revenus locatifs (environ 15 000 euros), le prélèvement s’élève à hauteur de 10% seulement, soit 50 000 bahts (1500 €).

La fiscalité avantageuse de la Thaïlande sur les revenus locatifs combinée aux prix de l’immobilier permettent d’offrir des rendements élevés, notamment pour un investissement locatif dans une résidence hôtelière.

 

• Une monnaie refuge

L’appréciation du baht, la monnaie nationale, est un autre facteur à prendre en compte lors d’un investissement en Thaïlande. 

Porté par les importantes réserves de change du royaume (plus de 200 milliards de Dollars), une économie en croissance (4% en 2018) et son statut de monnaie refuge dans la région, le baht s’est apprécié de 30 % par rapport à l’Euro entre 2009 et 2019, et de près de 15% par rapport à l’Euro entre 2017 et 2019, faisant logiquement grimper le prix des biens immobiliers. 

Cette législation et fiscalité accommodante dans un marché dynamique, une monnaie se renforçant ainsi qu’une facilité à la revente sont autant d’atouts permettant de capitaliser pendant ses années d’expatriation sur le marché immobilier local. 

• Préparer sa retraite

L’expatriation permet de découvrir un pays et sa culture lors de sa vie active. Un investissement lors de cette période peut alors devenir une solution pour préparer sa future retraite au pays du sourire. 

Idéalement, en prenant les devants, l’achat intervient lors de la période active. Le bien peut ensuite être loué à l’année ou à intervalles réguliers pour en jouir pendant les vacances par exemple, jusqu’à atteindre l’âge de la retraite pour en profiter pleinement.

Autre solution, un bien acquis peut être une source de revenue pérenne une fois à l’âge de la retraite.

 

• Prêt bancaire

Jusqu’à peu, un prêt immobilier octroyé par une banque à un étranger était rare. Pour poursuivre la croissance du secteur, la législation s’est assouplie

Ainsi, certaines banques comme UOB accordent dorénavant des prêts immobiliers à un résident étranger mais selon conditions, comme posséder un Work Permit et justifier de revenu en adéquation avec le bien acheté.

 

• Contacter une agence immobilière

La meilleure solution pour acheter un bien en toute sécurité est de faire confiance à une agence immobilière reconnue. 

Elle saura vous proposer un large choix de propriétés dans les destinations et les villes les plus attractives du pays tout en vous conseillant et vous guidant pour que les réglementations locales soient respectées.

L’agent immobilier s’occupera ainsi de toutes les tracasseries administratives afin de vous faciliter la vie pour rendre votre expatriation et votre investissement un succès.