share on:

Si la Thaïlande veut pleinement entrer dans le giron des pays dits industrialisés et rayonner sur la région, ses infrastructures se doivent d’être performantes. Afin de combler ce manque et élever la Thaïlande au rang de pays moderne et compétitif, les gouvernements successifs ont mis en route plusieurs chantiers d’importance qui devraient, à terme, doter le Royaume d’infrastructures de première classe.

L’aéroport Suvarnabhumi a été une première étape. Mis en service en 2006, il est la porte d’entrée principale pour rejoindre la Thaïlande et une véritable vitrine touristique grâce à son architecture audacieuse. Le célèbre réseau social Instagram a même révélé que ce fut l’endroit dans le monde le plus photographié et publié sur son réseau en 2012 !

bangkok-rama-iii-future

Si des projets futurs incluent un agrandissement de cet aéroport pour 2018, d’autres devraient d’abord subir des rénovations et agrandissements en Thaïlande, à commencer par l’aéroport international de Phuket qui subira des travaux jusqu’en 2015 afin d’obtenir un tout nouveau terminal international. D’autres aéroports régionaux devraient subir un lifting en vue de leur donner une meilleure connectivité au sein de l’ASEAN.

Le gouvernement thaïlandais a annoncé début 2013 un grand plan de développement des infrastructures qui comprend 55 projets à réaliser d’ici 2020, d’une valeur estimée à plus de 75 milliards de dollars. Parmi les projets figurent des investissements massifs dans la prévention des inondations, une refonte de beaucoup de routes et d’autoroutes, ou encore des sommes allouées à la rénovation de plusieurs aéroports.

Lors de l’actualisation de cet article, en novembre 2016, force est de constater que de nombreux projets ont effectivement vu le jour. L’aéroport de Phuket a été restauré, la construction de l’aéroport de Koh Pha Ngan sera bien achevée en 2017, la même année, les travaux du tramway de Phuket démareront et les villes de Hua-Hin et Pattaya seront reliées par un ferry,

 Des lignes à grande vitesse planifiées

thailande-projet-2020La majeure partie des investissements infrastructurels concernera le renouvellement et la modernisation des chemins de fer afin d’assurer des voies de communications modernes avec les autres pays de l’ASEAN. La Thaïlande dispose d’un réseau assez dense sur son territoire mais qui n’a pas été rénové depuis 60 ans. La première étape va donc consister à rénover une partie du réseau et de s’équiper de trains modernes.
Le projet le plus ambitieux pour la Thaïlande reste de construire plusieurs lignes de chemins de fer à grande vitesse. Au départ de Bangkok, le projet global inclut quatre lignes à grande vitesse qui desserviront différentes régions de Thaïlande tout en assurant une connectivité avec les pays voisins. Par exemple, une ligne vers le Laos qui devrait se prolonger jusqu’en Chine est planifiée tandis qu’une autre ligne rejoindrait Chiang Mai depuis la capitale.

Dès 2018, la station balnéaire de Pattaya disposera d’une ligne à grande vitesse jusqu’à Bangkok. A terme, cette voie ferrée reliera aussi Trat, dans le Sud-Est en passant par la ville industrielle de Rayong. Quant au sud-ouest de la Thaïlande, une ligne à grande vitesse est planifiée pour relier le voisin Malais.

.

Des projets à Bangkok

bangkok-infrastructureLa ville de Bangkok, véritable porte d’entrée de l’Asie du sud-est, n’est, logiquement, pas en reste en ce qui concerne les projets. La cité des Anges possède déjà deux lignes de métro aérien (BTS) d’une longueur totale de 55 km. Ce réseau dessert les artères principales de la ville (Sukhumvit Road, Sathorn Road, Silom Road, Pahonyothin Road).
Le métro souterrain (MRT), ouvert en 2004, relie, quant à lui, la gare de Hua Lamphong à la gare de Bang Sue en desservant Silom Road, Sukhumvit Road ou encore Ratchadapisek Road.
Par ailleurs, une voie ferrée (airport rail link) qui relie directement l’aéroport Suvarnabhumi au coeur de la capitale, à la station BTS Phaya Thaï, a été ouverte en 2010 afin de faciliter le transfert des passagers sans passer par l’autoroute. Une vingtaine de minutes suffisent à couvrir les 30 kilomètres.

L’extension des lignes de BTS et de MRT sera accompagnée par la création de cinq nouvelles lignes. D’ici 2020, le réseau ferroviaire métropolitain se verra prolongé de plus de 100 km. Une partie de la ligne de métro dite violette ouvrira prochainement. Un vaste système de train appelé ligne rouge devrait être entièrement complété d’ici quelques années, reliant les principaux métros et BTS avec la partie nord de Bangkok où beaucoup d’universités et d’entreprises sont situées. Quant aux 37 kilomètres de la ligne de métro orange qui passeront par les quartiers de Minburi, Bangkapi, Ratchadapisek Road et Democracy monument entres autres, ils devraient être entièrement terminés pour 2019.

Voilà qui devrait donner un nouveau visage à la ville. Aussi, devrait-on constater, aux abords des nouvelles stations de BTS et de MRT, un important développement résidentiel ou commercial de la part des promoteurs immobiliers visant à répondre à la demande des acheteurs. Ce développement est principalement assuré par l’afflux d’investissements étrangers qui encouragent la construction de projets innovants.

L’ensemble des projets de taille qui vont voir le jour en Thaïlande devrait permettre au pays tout entier d’entrer dans une nouvelle dimension économique, celle des pays développés, grâce à un bond espéré du PIB dans les années à venir. Equipée d’infrastructures modernes, la Thaïlande renforcera aussi son rôle stratégique au sein de l’ASEAN grâce à ces voies de communication et des équipements qui simplifieront grandement les échanges tant commerciaux que culturels.

Redaction

Redaction

La rédaction de vivre en Thaïlande, vous propose un contenu varié sur les principales destinations de Thaïlande.